EQUIPO NIZKOR
Information

DERECHOS


10oct04

English
Español


Déclaration rejetant la conduite de M. Le Ministre de la Défense, José Bono, face au défilé militaire du 12 octobre 2004.


Le 8 octobre 2004, le Ministre de la Défense espagnol, José Bono, a rendu publique une information relative au défilé militaire du 12 octobre. Selon cette information, des forces armées françaises défileraient à Madrid en commémoration de la Libération de la Ville de Paris par la 2ème Division Blindée de Leclerc ; division dans laquelle a combattu un groupe de Républicains espagnols.

Le Ministre de la Défense, José Bono, a également annoncé que, dans ce défilé, participeraient deux vétérans espagnols : un membre de la Division Azul qui combattit aux côtés des troupes allemandes contre les soviétiques et un Républicain qui combattit dans la Division Leclerc.

Face à cette annonce, les associations signataires du présent communiqué déclarent :

1) Nous nous réjouissons que les Forces Armées espagnoles reconnaissent ceux qui ont lutté contre le nazisme et contre les pays de l'Axe.

2) Nous nous réjouissons de la reconnaissance publique de la participation des Républicains espagnols parmi les troupes qui ont libéré Paris comme ce fut le cas durant les actes officiels parisiens du 24 août dernier; bien qu'en ce moment historique, il ne reste plus que deux survivants de ces événements.

3) Nous attirons l'attention sur le fait que la Division Azul a combattu en tant que 250ème Division d'Infanterie de la Wehrmacht. Elle fut également connue en tant que "Division Hipomobile" et ultérieurement comme "Légion Azul" appartenant ainsi pleinement aux forces nazies que le Tribunal International de Nuremberg a déclaré responsables de crimes contre la paix, c'est à dire, un délit d'agression selon le droit international. Les crimes contre la paix sont les crimes les plus graves que l'on puisse trouver en droit international.

4) Que la résolution 32 (I) de l'Assemblée Générale des Nations Unies du 9 février 1946 dit explicitement que le régime franquiste ayant été fondé avec l'appui des puissances de l'Axe, ne possède pas, en raison de ses origines, de sa nature, de ses antécédents et de son étroite association avec les Etats agresseurs, les titres nécessaires pour justifier son admission .

5) Que la résolution 39 (I) de l'Assemblée Générale des Nations Unies du 12 décembre 1946 déclare textuellement que :

    " a) Par son origine, sa nature, sa structure et con comportement général, le régime franquiste est un régime fasciste calqué sur l'Allemagne nazie de Hitler et l'Italie fasciste de Mussolini et institué en grande partie grâce à leur aide.

    b) Au cours de la lutte prolonguée menée par les Nations Unies contre Hitler et Mussolini, Franco, en dépit des protestations réitérées des Alliés, a fourni une aide très importante aux puissances ennemies. Tout d'abord, par exemple, de 1941 à 1945, la Division bleue d'infanterie, la Légion espagnole des voluntaries et L'Escadrille Salvadore ont combattu contre la Russie soviétique sur le front de l'Europe orientale. En second lieu, en été 1940, l'Espagne a pris Tanger en violation du statut international de cette ville et, du fait qu'elle entretenait une armée dans le Maroc espagnol, elle immobilisait des effectifs considérables de troupes alliées en Afrique du Nord.

    c) Des documents irréfutables établissent que Franco a été coupable , à côté de Hitler et de Mussolini, d'avoir fomenté la guerre contre le pays qui, au cours de la guerre mondiale, se sont finalement associés sous le nom de Nations Unies. Il a été prévu, dans le plan de cette conpiration, que la participation intégrale de Franco aux opérations de guerre serait différée jusqu'à un moment à déterminer d'un commun accord."

6) "Il n'est pas de réconciliation juste et durable sans que soit apportée une réponse effective au besoin de justice; le pardon, acte privé, suppose en tant que facteur de réconciliation que soit connu de la victime l'auteur des violations et que ce dernier ait été en mesure de manifester son repentir en effet, pour que le pardon puisse être accordé, il faut qu'il ait été demandé"

7) "La connaissance par un peuple de l'histoire de son oppression appartient à son patrimoine et, comme telle, doit être préservée par des mesures appropriées au nom du devoir de mémoire qui incombe à l'Etat. Ces mesures ont pour but de préserver de l'oubli la mémoire collective, notamment pour se prémunir contre le développement de thèses révisionnistes et négationnistes."

8) En tenant compte de ce que nous venons d'exprimer concernant la IIème Guerre Mondiale, nous sommes obligés de rappeler à M. Le Ministre que le coup d'Etat dirigé par le Général Francisco Franco s'est basé sur une atteinte à l'ordre constitutionnel, à l'ordre juridique en vigueur dont la légitimité provenait du principe de souveraineté reconnu dans la Constitution de la République. Dès le début des hostilités de la Seconde Guerre mondiale, le régime de Franco acquiert le statut de Puissance de l'Axe et son illégalité au niveau national le devient au niveau international.

9) Les espagnols qui ont lutté pour la liberté et la démocratie au sein des armées alliées se sont vu retirer leur nationalité, accusés par l'Etat fasciste d'avoir lutté dans des armées étrangères. Cette situation juridique perdure encore de nos jours.

10) Nous considérons comme un outrage et une humiliation pour les millions de victimes du national-socialisme exterminés dans les camps de concentration ainsi que pour tous les combattants de la Démocratie et de la Liberté qui s'affrontèrent aux pays de l'Axe parmi lesquels l'Espagne franquiste, le fait de les mettre à égalité, même symboliquement, avec les membres d'un mouvement criminel condamné par les Nations unies, par le droit international et par le droit des peuples.

11) Aussi, nous rejetons totalement, et de manière énergique, la conduite de M. Le Ministre de la Défense, José Bono; conduite que nous considérons comme impropre et contraire aux valeurs de démocratie, des libertés civiles et des droits de l'Homme.

Cette déclaration est rendue publique pour diffusion générale.

A Madrid, le 10 octobre 2004.

  • AFARIIREP - (Asociación de Familiares y Amigos de Represaliados de la II República por el Franquismo).
  • Agrupación Gragero de León.
  • Ateneo Republicano de Galicia.
  • Amigos de los caídos por la libertad (1939 - 1945), Memoria histórica de la región de Murcia.
  • Asociación para la creación del Archivo de la Guerra Civil, las Brigadas Internacionales, los Niños de la Guerra, la Resistencia y el Exilio Español. AGE (Archivo Guerra y Exilio).
  • Asociación de Descendientes del Exilio Español.
  • Asociación Manuel Azaña.
  • Asociación Salamanca por la Memoria y la Justicia.
  • Desaparecidos de la guerra civil y el exilio republicano, DESPAGE.
  • Equipo Nizkor.
  • Foro por la Memoria.
  • Instituto Republicano de Derechos Humanos.
  • Jóvenes por la Memoria Histórica "Amnesia".

Tienda de Libros Radio Nizkor On-Line Donations

DDHH en España
small logoThis document has been published on 11Oct04 by the Equipo Nizkor and Derechos Human Rights. In accordance with Title 17 U.S.C. Section 107, this material is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes.