Informations
Equipo Nizkor
        Bookshop | Donate
Derechos | Equipo Nizkor       

02nov13


Christopher Ross présente son compte rendu au Conseil de sécurité


L'envoyé personnel du secrétaire général de l'Onu pour le Sahara occidental, Christopher Ross, a présenté mercredi dernier au Conseil de sécurité son compte-rendu sur la question sahraouie en suggérant le lancement de négociations basées sur des échanges bilatéraux discrets et séparés entre lui et chacune des deux parties au conflit (Maroc et Front Polisario).

M. Ross a tenu ses consultations à huis clos avec l'organe de décision de l'Onu suite à la tournée qui l'a mené du 7 au 25 octobre dans la région. Selon le communiqué publié par l'Onu à l'issue de cette réunion, M. Ross a informé le Conseil de sécurité qu'il avait l'intention de retourner dans la région dans les prochaines semaines afin de poursuivre "une nouvelle approche qui permette de mettre fin à ce conflit" dans les territoires sahraouis occupés.

Dans cette optique, M. Ross a avancé aux membres du Conseil qu'il projetait de lancer "une nouvelle phase de négociations fondées sur des échanges bilatéraux discrets et séparés avec chacune des deux parties, le Maroc et le Front Polisario".

Selon le même communiqué, M. Ross pourrait convoquer un round de négociations entre les deux parties au conflit mais dans le cas "d'une amélioration des perspectives pour la tenue d'une réunion conjointe entre les deux parties (au conflit)".

Par ailleurs, le Conseil de sécurité a également entendu le représentant spécial du secrétaire général de l'Onu et chef de la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (Minurso), Wolfgang Weisbrod-Weber, qui a présenté son compte-rendu sur les activités de la Mission qu'il dirige depuis 2012. M. Weisbrod-Weber a ainsi évoqué la poursuite des efforts de la Minurso pour surveiller le cessez-le feu et son soutien aux programmes humanitaires et aux activités de déminage.

Le Front Polisario continuera à mettre sa confiance en l'Onu

Le Front Polisario continuera "à mettre sa confiance en l'Onu" pour mettre fin au conflit de la question du Sahara occidental occupé qui reste la dernière colonie en Afrique, a déclaré mercredi dernier à l'APS le représentant du Front Polisario à l'Onu, M. Ahmed Boukhari.

Le représentant sahraoui s'exprimait après la présentation par l'envoyé personnel du secrétaire général de l'Onu pour le Sahara occidental, M. Christopher Ross, de son compte-rendu au Conseil de sécurité suite à sa récente tournée dans la région. M. Boukhari a tenu à rappeler que les voies et moyens préconisés par l'Onu pour mettre fin à ce conflit ont porté, tout d'abord, sur la tenue d'un référendum d'autodétermination prévu par le plan onusien pour le règlement de la question sahraouie, ce qui a, d'ailleurs, justifié la création de la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (Minurso). L'Onu a également prôné des négociations pour trouver une solution qui puisse garantir le droit à l'autodétermination du peuple sahraoui, a-t-il encore rappelé.

Néanmoins, a-t-il observé, toutes ces solutions requises par l'Onu pour mettre fin au conflit ont été "bloquées et sabordées" par le Maroc, et ce, de la même manière qu"'il entrave les démarches et recommandations" de plusieurs pays et des ONG internationales pour introduire le mécanisme de surveillance des droits de l'homme au sein de la Minurso.

Pour le représentant sahraoui à l'Onu, "le Maroc est coupable et responsable de l'échec actuel des démarches de l'Onu".

La question sahraouie devant les élues du Congrès US

La question du Sahara occidental occupé a été présentée devant les femmes parlementaires américaines lors du forum "Un monde de femmes pour la paix mondiale" tenu du lundi au mercredi au Congrès américain à Washington.

Sous la présidence de la parlementaire américaine Eddie Bernice Johnson, le forum, qui est une initiative lancée en 2001 par le Congrès, a regroupé les élues américaines avec les représentantes de plusieurs organisations politiques, économiques et sociales de tous les continents.

L'Afrique a été représentée par des membres de l'Association pour le renforcement des capacités économiques et du leadership des femmes africaines (ARCELFA, basée à Abuja), notamment sa présidente, Basirat Nahebe, sa vice-présidente, Nouria Hafsi, qui est également la secrétaire générale de l'Union nationale des femmes algériennes (UNFA), ainsi que la secrétaire générale de l'Union des femmes sahraouies, Fatma Mehdi.

En évoquant le thème de la paix en Afrique, les représentantes de cette organisation africaine ont rappelé les problèmes de conflits que connaissent plusieurs pays du continent dont le cas du Sahara occidental occupé.

A ce propos, elles ont fait part aux parlementaires américaines de l'impasse qui dure depuis des décennies pour résoudre définitivement le problème du Sahara occidental et de la nécessité d'une solution politique juste et durable qui permette l'autodétermination du peuple sahraoui.

La question de la violation des droits de l'homme des Sahraouis par le Maroc a été également dénoncée par les intervenantes qui ont cité les cas de tortures, de la répression systématique, des agressions et des exécutions extra-judiciaires ou de disparitions.

La participation à ce forum tenu dans la capitale fédérale américaine "fait partie d'un programme de travail élaboré, en avril dernier, lors d'une conférence des femmes africaines dans le but de sensibiliser la communauté internationale et notamment les Etats-Unis sur la question sahraouie", a déclaré à l'APS Mme Mehdi.

Il s'agit également, a-t-elle poursuivi, de sensibiliser davantage les élues américaines sur l'impérativité du droit à l'autodétermination comme seule solution pour le dossier sahraoui, ainsi que sur la question de la violation des droits de l'homme par le Maroc et dont les parlementaires américains sont régulièrement informés à travers les rapports du département d'Etat à ce sujet.

En fait, a observé Mme Mehdi, la conjugaison de telles initiatives avec la mobilisation pour la question sahraouie qui prend de plus en plus de l'ampleur à travers notamment les ONG et les médias internationaux fait que "le peuple sahraoui n'est pas seul dans ses revendications qui sont justes et légitimes". Pour sa part, Mme Nouria Hafsi a qualifié ce forum du Congrès américain de "véritable réussite" et d'une "grande avancée" pour la cause sahraouie.

Durant leur séjour à Washington, Mme Mehdi et Mme Hafsi ont également eu une rencontre avec la parlementaire démocrate, Mme Betty McCollum, qui est aussi la coprésidente du groupe parlementaire du Sahara occidental "Western Sahara Caucus" auprès de la Chambre des représentants, créé en août dernier pour défendre le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination et la protection des droits de l'homme des Sahraouis.

Cette rencontre avec l'élue de l'Etat du Minnesota a été l'occasion pour l'informer sur les derniers développements sur la question du Sahara occidental.

Par ailleurs, des réunions se sont aussi tenues avec des responsables de la fondation RF Kennedy Center pour les droits de l'homme ainsi que de Human Rights Watch (HRW) et avec la fondation médiatique "the international women's media foundation" (IWMF, siège à Washington) dont plusieurs journalistes américaines membres avaient effectué, durant ces dernières années, des reportages écrits et télévisés sur la question du Sahara occidental occupé.

[Source: El Moudjahid, Alger, 02nov13]

Tienda de Libros Radio Nizkor On-Line Donations

Sáhara Occidental
small logoThis document has been published on 04Nov13 by the Equipo Nizkor and Derechos Human Rights. In accordance with Title 17 U.S.C. Section 107, this material is distributed without profit to those who have expressed a prior interest in receiving the included information for research and educational purposes.